Nouvelles Parutions

 

2022_Silva Couto_vignette

 

Dejanirah Couto et Filipe Castro (éd.)

Proceedings of the Third International Eurasian Maritime History Congress. On history of Shipbulding (10-11 mai 2018)

 

The Proceedings of the III International Eurasian Maritime History Congress on History of Shipbuilding bring together twenty-two papers by international scholars, with a special emphasis on Turkish abd Portuguese seafaring, two maritime cultures with separate but parallel histories of exploration, trade, and scientific abd technological development.

The cultural heritage is an intangible but integral part of the environment, and it is sometimes referred to as the soul of a landscape. Maritime history and archaeology studies ships, boats, their construction and the landscapes where they sail. Ships are perhaps the most exciting machines built by society. They are inhabited and they carry ideas, things, and people across bodies of water. Studying them puts us in contact with stories of technological innovation, the struggle to understand the physical world, and the dreams and hopes of the people that built, sailed, and sometimes lost them.

 


 

Péquignot ouvrage 2022

Stéphane PEQUIGNOT et Yann POTIN (dir.)

Les conflits d’archives. France, Espagne, Méditerranée

PUR, collection « Histoire », série « Archives, histoire et société »,

Rennes, 2022, 342 + VIII p.


Les archives ont suscité et suscitent encore de très nombreux conflits. Mais quelles en sont les circonstances et les raisons? Quels acteurs prennent part aux disputes autour des archives ? Sous quelles formes et avec quels effets ? Fruit du programme « Conflits d'archives », ce livre propose une approche comparatiste, diachronique et pluridisciplinaire des processus conflictuels envisagés dans leurs diverses dimensions : politique, juridique, sociale, symbolique et mémorielle. La création et la configuration des archives, les archives de minorités et d'associations, l'ouverture et les destructions des archives sont tour à tour examinées dans cette perspective.

Vingt historiens, archivistes, anthropologues et juristes développent des études de cas situées en France, en Espagne et en Méditerranée, de la fin du Moyen Âge au temps présent. Par la voie originale des conflits, l'ouvrage entend contribuer au vigoureux renouvellement actuel des recherches menées sur les archives et leur histoire.


>>Pour commander l'ouvrage



 

Histoire culturelle de la France XIX

Jean-Claude YON

Histoire culturelle de la France au XIXe siècle

Armand Collin, 2e édition

Paris, 2021

 

Dresser un panorama culturel de la France de 1814 à 1914, sans négliger l'apport de la Révolution et de l'Empire, telle est l'ambition de cet ouvrage où l'on croise aussi bien Alexandre Dumas que Marie Curie, Louis Hachette qu'Edouard Manet, le curé d'Ars que Sarah Bernhardt. Des monarchies constitutionnelles à la veille de la Première Guerre mondiale, la France passe d'une culture traditionnelle à une culture de masse, des images d'Epinal et du colportage aux revues de music-hall et au Tour de France - dans un grand tourbillon créatif et au rythme des révolutions de toutes natures.


Appréhendé par le biais de l'histoire culturelle, le XIXe siècle - qui a pu être défini comme " la préhistoire de notre présent " - se révéle ici d'une extraordinaire richesse et porteur d'un héritage qui, rejeté ou assumé, est toujours bien vivant dans la France du XXIe siècle.

>> Pour commander l'ouvrage

 


 

Epidemies et Ephemerides

 

Les Deux livres des
Épidémies et Éphémérides
de Guillaume de Baillou

Editions critique, traductions et notes

Joël COSTE et Hélène MAGGIORI

Les Belles Lettres

Sciences et Humanisme, n°12

Paris, 2021, 800p.

 

Guillaume de Baillou (1538-1616) fut probablement, avec Jean Fernel, le médecin parisien le plus influent de l’époque moderne. Son œuvre fut plusieurs fois rééditée, étudiée et citée jusqu’au cœur du XIXe siècle, où il reçut même le titre d’« Hippocrate français ».
Ses deux livres des Epidémies et Ephémérides ont marqué le renouveau de la pensée épidémiologique à l’époque moderne et inspiré les médecins environnementalistes du XVIIIe siècle qui établirent les fondations de l’épidémiologie et de la santé publique moderne. Ils constituent aussi une source majeure pour l’histoire biologique, médicale et sociale de Paris. L’analyse, saison après saison, des maladies touchant les Parisiens pendant la décennie 1570, les très nombreux cas de maladie rapportés chez des patients souvent nommés, permettent en effet de dresser un tableau sanitaire et social de la ville de Paris peu avant la Ligue d’une précision remarquable.


Précédée d’une introduction et accompagnée d’un appareil de notes destinés à appréhender le texte dans son contexte scientifique, intellectuel, biologique et médical, cette première édition critique des livres des Epidémies et Ephémérides comprend une traduction respectueuse d’une écriture dont la clarté et la précision firent aussi de Baillou un des plus grands écrivains de la médecine occidentale.

Joël Coste est directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (chaire « Histoire de la médecine », section des sciences historiques et philologiques) et professeur de santé publique à l’Université de Paris.

> Pour commander l'ouvrage

 


 

Le Vol dans les airs

Nicolas WEILL-PAROT

Le Vol dans les airs au Moyen Âge
Essai historique sur une utopie scientifique

Les Belles Lettres

Paris, 2020, 240 p.

 

Dans les sources médiévales, le vol humain est rarement abordé de front : la tentative catastrophique du moine anglais Eilmer de Malmesbury, la machine à voler rêvée par Roger Bacon ou la nef flottant au-dessus de l’air imaginée par Albert de Saxe et Nicole Oresme font figure d’exceptions célèbres.


Pourtant, cette question des vols fut un véritable défi intellectuel pour la pensée médiévale. Qu’ils soient portés par la force naturelle des oiseaux, par les esprits (âmes, anges ou démons) ou encore par l’ingéniosité humaine, les vols mettent en jeu de riches spéculations explicites ou indirectes. Et ce fut une gageure pour la science scolastique de penser le possible maintien d’un corps lourd dans l’air par projection, grâce au feu ou à l’air chaud, grâce au magnétisme ou par l’effet de l’horreur du vide.


Dans cet essai historique original, Nicolas Weill-Parot enquête sur la confrontation de la science avec la magie, la technique ou la théologie. Travaillant au plus près de nombreuses sources, il trace une nouvelle histoire de la pensée du vol dans les airs : celle de la conceptualisation scientifique d’une réalité inaccessible.

 

Nicolas Weill-Parot est professeur à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE, PSL), à la Section des sciences historiques et philologiques, et est titulaire de la chaire « Histoire des sciences dans l’Occident médiéval ». Ses recherches portent sur la rationalité scientifique médiévale et ses confins.

 

>Pour commander l'ouvrage